Voyages: Direction le Pérou

Le Pérou est un pays d’Amérique du Sud. La côte ouest longe l’Océan Pacifique sur plus de 2000km, les pays adjacents étant l’équateur et la Colombie au Nord, le Brésil à l’Est, ainsi que la Bolivie et le Chili au Sud.

Économiquement plus stable et de manière générale moins ’pauvre’ que Le Guatemala, le Surinam, le Nicaragua et surtout la Bolivie, le Pérou n’a cependant pas l’élan de développement que connait depuis une ou deux décennies l’Argentine, le Venezuela ou le Brésil.

Pays de 30 millions d’habitants (dont 1/3 concentrés dans la capitale actuelle, Lima), le Pérou a connu trois phases historiques majeures : l’Empire Inca (apogée courant XVème siècle), la présence espagnole (jusqu’à la fin du XVIIIème s.) et depuis l’indépendance du pays (plusieurs étapes malgré tout).

Le Pérou est une république démocratique.

Le Pérou a un climat tropical au Nord (forêt d’Amazonie), océanique le long de la côte, et sec mais montagneux à l’ouest (avec la grande chaine montagneuse des Andes qui traverse le pays et ponctuée par une dizaine de sommets à plus de 6000m d’altitude).

Rapide tour de la partie Sud du pays :

LIMA.

Bien que sans grand intérêt d’un point de vue touristique, la capitale se doit d’être vue (ou plutôt vécue !). Sa grande cohue, son indescriptible remue ménage quotidien dans une cacophonie des plus exotiques (les marchés, les milliers minibus dans tous les sens, les énormes avenues, les embouteillages monstres,…), la classent assurément dans la catégorie des grandes métropoles continentales, en grande partie anarchiquement gérée (si on peut parler de gestion !).

PISCO.

Au départ de celle petite ville du bord du Pacifique ayant le même nom que la boisson nationale, plusieurs îlots sont accessibles en bateau (pied à terre interdit car protégés). On peut entre autre y voir des centaines d’otaries et de pingouins, des dauphins et autres pélicans. Dépaysant !

NAZCA.

Les fameuses lignes énigmatiques … Deux moyens de les apercevoir : du haut d’un mirador en plein désert et de manière plus impressionnantes et distinctes (sensations garanties), par avion.

AREQUIPA :

deuxième ville du pays, nichée à 2350m d’altitude. Beaucoup plus agréable que Lima, avec un centre tout de suite plus riche au premier coup d’œil, Arequipa n’est autre que l’une des deux plateformes péruviennes de départs des randonnées et trekkings vers les sommets et canyons des Andes. Avec en tête des curiosités architecturales, l’ancien couvent Santa Catalina, Arequipa regorge par ailleurs de multiples agences de treks proposant des dizaines de formules (d’une journée à plus d’une semaine) vers tous les monts et vallées andins environnants.

Canyon de Colca :

3 jours de trek nous ont permis d’enchainer 5h de bus en pleine nuit, des heures de rando au beau milieu des Andes, des nuits dans des huttes, des traversées de villages perdus, des rencontres détonantes avec les lamas, une baignade dans les eaux chaudes d’un torrent (pourtant à + de 4000m !) et une ultime remontée nocturne à dos de mule dans un froid… andin (on a failli y perdre du monde)!

PUNO :

étape « titicacaienne » au bord du lac mythique. Surement les plus authentiques bonnets péruviens du pays !

Passage en Bolivie :

COPACABANA tout d’abord (pas la plage de Rio, hein !). Petite ville bolivienne frontalière d’où l’on peut contempler les couchers de soleil sur le Titicaca ainsi que s’offrir une journée (+ 1 nuit) sur une des îles centrales : Isla del Sol. Un havre de paix où nous avons pu constater que les locaux avaient tout compris au tourisme : trois back-chich à payer sur 9 km de sentiers, à des check-up autant injustifiés que temporaires et des tarifs établis en fonctions des nationalités ! Amusant.

LA PAZ ensuite.

Un coup de cœur perso. Capitale de la Bolivie, celle-ci s’étend entre 3200m et 3600m d’altitude, ce qui en fait la capitale la plus haute du monde. Entourée de sommets enneigés légendaires tels que le Huana Potosi (6088m), La Paz est unique également par le fait qu’elle soit la seule à avoir les quartiers populaires et les favélas sur les hauteurs de la ville et à flanc de montagne, et les quartiers riches et plus huppés en contrebas. Beaucoup plus petite que Lima (à peine 1 million d’habitants), la ville n’en ai pas moins dépaysante, pleine de couleurs et de senteurs, débordante d’énergie et bordélique et on y ressent facilement l‘atmosphère de la très haute montagne.

Trajet La Paz-Cuzco en bus.

Long…très long… un voyage douloureux mais tellement représentatif des distances, et qui ne nous fait pas oublier qu’on voyage à la roots : précipices, crevaison, alimentation plus que basique,… ! On the road again !

CUZCO. Pour faire court :

magnifique, qui regorge de richesses (édifices), pleine de vie ; ancienne capitale des Incas (et donc centre du monde à leur époque), une majorité de spécialistes du monde latin la considère comme la plus belle ville d’Amérique latine. La cohue humaine à l’arrivée des gares (routières et ferroviaires) nous le prouve une bonne fois pour toute : Cuzco est également LA ville touristique du Pérou. Mais cela ne signifie pas qu’il faut la zapper, impossible tant elle est importante aux yeux des randonneurs et backpapers internationaux ; en effet, c’est LE point de rassemblement de tout ceux qui souhaitent parcourir une partie des Andes (à pied, en VTT ou sous toutes autres formes sportives), dont l’itinéraire qui mène au fameux…Machu Picchu.

Vallée sacrée des Incas :

3 jours de randos et mini bus nous ont permis de rallier plusieurs petites villes et villages péruviens et ainsi pénétrer le quotidien des habitants : salines de Maras, forteresse d’Ollantaytambo ou encore le site archéologique de Pisaq, avant d’arrivée à l’ultime étape avant l’Asunción du Machu Picchu : Agua Calientes.

MACHU PICCHU:

monter jusqu’à l’ancienne cité inca (aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’UNESCO mais redécouverte et dévoilée en grand public en 1911) en pleine nuit à la lampe torche restera un souvenir de fou. Arriver là haut et découvrir le site, non seulement dominé par des dizaines de pics montagneux recouverts d’une épaisse forêt tropicale mais également calfeutré dans une nappe de brouillard, le côté mystique prend tout son sens. Et quel bonheur quand ce dernier se lève et nous dévoile les 170 édifices du site ! Juste magique ! Un bémol : les nombreux bus de touristes qui montent les lacets dès 7h du mat’ (alors que toi t’es parti à 4h) et ce jusqu’à 11h30 environ et que tu entends donc lors de ton ascension, plus la présence des gros groupes de TO qui viennent quelque peu te pourrir la vue (d’ailleurs, le site accueille environ 2000 visiteurs par jour, 1200 de trop selon les spécialistes qui au dessus de ce seuil, assurent que le site se détériore inévitablement jour après jour).

Pour conclure, le Pérou régalera tous les amateurs de dépaysements, d’imprévus, de grands espaces et d’un mix océan/villes/très haute montagne/Amazonie (avec la partie nord comme terrain de jeu pour la forêt), le tout dans une ambiance latine bien prononcée ! Un vrai régal !

Laisser un commentaire